Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

lesreputationsgabrielvasquezAprès l’attaque meurtrière à Charlie Hebdo, nous nous interrogeons sur le respect des libertés, en particulier de la liberté d’opinion et  d’expression, sur le respect des barrières entre vie privée et vie publique, sur le pouvoir des médias et sur les droits et devoirs des caricaturistes, des journalistes, politiques et de chacun d’entre nous.

 

« Les réputations » roman de Juan Gabriel Vasquez, paru en août 2014, peut nous éclairer.

 

Célèbre caricaturiste politique colombien, pouvant faire tomber un magistrat, renverser un député ou abroger une loi avec pour seules armes du papier et de l'encre de Chine, Javier Mallarino est une légende vivante. Certains politiciens le craignent, d'autres l'encensent. Il a soixante-cinq ans et le pays vient de lui rendre un vibrant hommage, quand la visite d'une jeune femme le ramène vingt-huit années en arrière, à une soirée lointaine, à un «trou noir».

 

Qu'avait fait ce soir-là le député Adolfo Cuéllar et qu'avait vu exactement Javier Mallarino ? Deux questions qui conduisent le dessinateur à faire un douloureux examen de conscience et à reconsidérer sa place dans la société.

 

Juan Gabriel Vásquez poursuit dans ce magistral roman son exploration du passé, des failles de la mémoire et du croisement de l'intime et de l'Histoire. Mais il livre surtout une intense réflexion sur les conséquences parfois dévastatrices de l'effacement des frontières entre vie privée et vie publique dans un monde où l'opinion et les médias détiennent un pouvoir grandissant.

 

Juan Gabriel Vásquez, né à Bogotá en 1973, a fait ses études de lettres à la Sorbonne, puis a vécu en Belgique avant de s'installer à Barcelone où il collabore à plusieurs suppléments littéraires. Son premier roman, Les Dénonciateurs (Actes Sud, 2008), lui a valu une reconnaissance internationale immédiate. Histoire secrète du Costaguana a obtenu le prix Qwerty du meilleur roman en langue espagnole et le prix Fundación Libros y Letras de la meilleure oeuvre de fiction. Le bruit des choses qui tombent a reçu le prix Alfaguara 2011.

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.