Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

au bonheur des dames dvd

Ce DVD documentaire, tirant son nom du célèbre roman d'Emile Zola, nous  raconte l'histoire de la création des grands magasins de Paris, et plus particulièrement du Bon Marché, situé rue du Bac.

 

Les hommes qui ont imaginé ces magasins d'un genre nouveau, ont jeté dès le 19e siècle les bases du commerce moderne et de la société de consommation contemporaine. Ils ont aussi, sans peut-être s'en douter sur le moment, conduit les femmes sur le chemin de l'émancipation.

Tout commence donc  au milieu du 19e siècle avec Aristide Boucicaut....

Ce jeune homme de province arrive de la province à l'âge de 25 ans, plein d'espoir et d'ambition, et travaille quelques années comme commis dans une boutique de nouveautés.

 

Le commerce commence alors à se développer, le développement de l'industrie (et donc de l'offre de biens) coincidant avec l'émergence d'une bourgeoisie prête à dépenser.

 

Les passages de Paris, couverts et chauffés, se développent et concentrent les commerces où il fait bon flâner.

 

Puis arrive le baron Haussmann et ses grands travaux qui transforment la capitale.

 

Aristide Boucicaut se lance et se met à son compte avec un associé. Il reprend le Bon Marché, rue du Bac, commerce de nouveautés qui compte 12 employés. Il met en pratique des idées novatrices, mise sur la clientèle féminine et c'est le succès.

 

A  partir de 1869, Le Bon marché s'agrandit (l'architecte  Louis-Charles Boileau et l'ingénieur Gustave Eiffel vont concevoir les nouveaux bâtiments à structure métallique : une véritable cathédrale toute dédiée au commerce) et devient le plus grand magasin du monde avec 4000 employés dans les années 1880/1890.

 

Il fut rapidement copié par la concurrence : Le printemps voit le jour près de la gare Saint-Lazare (où arrivent les marchandises et les clients), Les Galeries Lafayette arrivent en 1894, proposant, comme les autres, de la confection à petits prix et contribuant à démocratiser la mode. A l'étranger, Selfridge's voit le jour sur le même modèle.

 

La révolution commerciale opérée par Aristide Boucicaut, puis par sa femme après son décès, s'accompagne aussi d'une révolution dans la vie des femmes.

 

Les femmes de la bourgeoisie, qui d'habitude ne sortent que pour aller à l'église ou au cimetière souvent accompagnées d'un chaperon, sortent maintenant  seules chez elles pour aller au Bon Marché où elles peuvent passer des heures et côtoient des femmes d'un autre milieu que le leur. Elles commencent aussi à gérer leur budget et acquièrent un poids économique.

 

Pour répondre à l'Eglise qui finit par exprimer sa réprobation, Aristide Boucicaut embauche des jeunes femmes afin que les clientes ne soient plus en présence de vendeurs masculins exclusivement. Logées, nourries, mais faiblement rémunérés, les jeunes femmes pauvres trouvent un nouveau débouché pour gagner leur vie et gagnent en indépendance.L 'émancipation des femmes commence donc avec la création des grands magasins et on dit d'ailleurs que la première réunion des suffragettes eut lieu dans le grand magasin Selfridge's.


affiche au bon marche



Constitué d'images et de films anciens, de reconstitutions, d'extraits du roman d'Emile Zola, mais aussi et surtout d'interventions d'historiens et de sociologues, ce film dépeint un monde d'une étonnante modernité. Les idées, méthodes commerciales d' Aristide Boucicaut (de même que leurs possibles dangers et dérives) n'ont pas pris une ride !

 

Pour se replonger dans cette époque foisonnante, on peut relire « Au bonheur des dames » d'Emile Zola en l'empruntant à sa
médiathèque habituelle ou en le téléchargeant gratuitement sur DIDACTIBOOK

 

 

 

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.