Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

Accueillir les tout-petits à la bibliothèque

1) De la lecture pour la petite enfance, pourquoi ?

d'après Jean-Claude Utard, inspection des bibliothèques de Paris

Contribution à la journée d'étude du 10 mars 2008

 

« Les bibliothèques pour la jeunesse : évolution ou révolution ? » (extrait)

Depuis les années 70, progressivement, l'idée que les bébés sont compétents s'est popularisée avec comme idée corollaire qu'à cette intelligence devaient répondre des compétences nouvelles des parents, des personnels de la petite enfance et, depuis le milieu des années 80, celles des bibliothécaires.

Les bibliothécaires s'y sont jetés avec enthousiasme : les parents nouveaux (du moins la frange des parents des classes supérieures cultivées) redécouvraient la bibliothèque et le milieu des professionnels de la petite enfance était demandeur de collaboration et de formation.

Cet investissement dans l'accueil de la petite enfance a eu, du point de vue du développement des bibliothèques, de nombreux aspects positifs :

• Il a permis de faire revenir un certain nombre de parents vers la bibliothèque, y compris de jeunes pères, alors que les hommes entre 30 et 40 ans n'étaient pas les plus nombreux des usagers ; ensuite de travailler en prenant en compte le côté relationnel, en particulier familial de la lecture (ce que démontraient les études de sociologie : la lecture est d'abord la résultante d'un héritage social et familial)...

• Il a réinventé des formes de partenariats et a peut-être réellement « autorisé » les bibliothécaires à sortir de leurs murs pour aller dans d'autres structures, crèches,

haltes-garderies, PMI, pour se lancer dans des bibliothèques hors les murs. Il a souvent permis un élargissement du public (par exemple vers un public de primo-arrivants, de jeunes mères en cours d'alphabétisation etc.)

• Il a permis de repenser des espaces en partant des usagers et non des collections (mobilier, tapis lectures, etc.) mais aussi en posant la question du comment articuler .espace et collections pour tout-petits et espace et collections minimums pour les parents et accompagnants : sur les bibliothèques de Paris, aujourd'hui, toutes les bibliothèques spéciales jeunesse ont développé un fonds adultes (de romans, d'essais, très au-delà des fonds de psychologie ou de pédagogie d'autrefois) et ce mouvement est apparu en même temps que le développement des espaces pour tout-petits. Les parents, devant accompagner leurs tout jeunes enfants, ont ainsi obtenu une place et une reconnaissance qu'ils n'avaient point quand la bibliothèque se destinait à des enfants plus grands et autonomes.

• Cet espace devrait avoir donné une plus grande tolérance au bruit et à tous les comportements spontanés des enfants. On admet qu'un bébé lecteur bave, rampe,

gazouille, on admet que les parents et nourrices lui lisent à voix haute, on admet enfin un espace consacré à l'oralité dans nos temples qui furent longtemps ceux du silence.

• Cet intérêt pour la petite enfance a aussi permis de revenir à la lecture et au récit, en particulier à celui de fiction, en lui (re)donnant des bases théoriques (ce qui, dans la structuration intellectuelle et symbolique de l'enfant, est souvent réduit à une prévention contre l'illettrisme) et à des formes de médiation personnalisée autour le l'observation de l'illustration.

• Enfin, cela a aussi permis la médiation au coeur de la bibliothèque, dans une activité permanente : le bibliothécaire habite l'espace, il est auprès des enfants, il s'assoit auprès d'eux, il lit, il n'est plus retranché derrière le renseignement et le pur conseil. Ces acquis de l'accueil des tout-petits, il faut évidemment les conserver... à la condition cependant de ne pas s'enfermer dans ce seul public et surtout d'utiliser la réflexion et la tolérance développées dans cet accueil pour en faire profiter plus largement d'autres publics.

Bref, il faut garder le bébé... mais jeter l'eau du bain !

 

2) Accueillir, oui mais comment ?

Existe-t-il des normes pour l'accueil des bébés lecteurs et des jeunes enfants en bibliothèques ?

D'après le Service questions? réponses! de l'ENSSIB

    a) L'aménagement

En ce qui concerne l'aménagement, il n'existe pas de normes ni de recommandations propres aux bibliothèques. Les recommandations en vigueur concernent davantage les structures de la petite enfance (à l'instar des crèches)

http://www.accueilenfance49.fr/vous-voulez-vous-informer/les-reglementations/les-reglementations-ppsfpmi/

Ce document rappelle un certain nombre de points sur lesquels il convient d'être vigilant et dont vous pourriez prendre conseil dans l'hypothèse de la mise en place d'un espace à destination de bébés lecteurs (entrée de la structure, aire d'activité, sanitaires?).

Voir également :

HEINTZ Didier, CHABEL Josiane. L'espace des lieux d'accueil de la petite enfance : les normes en question.[s.l.] : Association NAVIR (Editeur ), 2001. ISBN : 2-9508186-1-7

De fait, pour un espace spécialisé bébés lecteurs, vous porterez attention à certains éléments tels que :

- Une ouverture sur l'espace jeunesse de la bibliothèque tout en étant séparé par cloison et rayonnage avec un espace signalisé « bébés-lecteurs » : les enfants plus grands ne devraient pas être autorisés dans ce lieu pourtant très attractif pour préserver le calme et l'intimité du lieu ;

- Un vestiaire à hauteur des petits ;

- Des toilettes également à hauteur des petits, avec une table à langer avec accès à l'eau courante, voire des fauteuils d'allaitement.

-Choisir un mobilier adapté à la taille des enfants et coloré ?

Sachez à ce propos qu'il existe une norme française « NF crèches » pour les fournisseurs de mobilier pour la petite enfance remplissant les conditions demandées par le décret 91-1292 «petite enfance, puériculture » imposant à tout fournisseur de disposer d'une attestation de conformité avec apposition sur le meuble de la mention «conforme aux normes de sécurité».

Dans son ouvrage "Un espace pour le livre", Jacqueline Gascuel évoque des normes concernant le mobilier adaptés aux sections enfantines : 0,30m de hauteur pour les bacs à album par exemple (pp.59 et suivantes).

Bertrand Calenge parle quant à lui de rayonnages d'une hauteur variant entre 1,75 m à 1,50 m voire 1,20 m section jeunesse.

Vous trouverez une liste des fournisseurs certifiés sur le site suivant :

NF Mobilier Professionnel : fabricants & produits : collectivité [en ligne]. Disponible sur : http://www.nf-ameublement.com/co/fabricants_co/fab_collectivite_co.html (consulté le 15 juillet 2009). Parmi ceux présentés, les cinq fabricants suivants peuvent apposer ce nouveau logo NF Crèches sur leurs mobiliers depuis 2008 : WIKI CAT, HABA France, MATHOU CREATIONS, DAILLOT et WESCO.

       b)L'organisation d'animations pour les enfants et les bébés lecteurs.

L'animation destinée aux tout-petits à la bibliothèque ne relève pas de "normes", de même que les animations pour d'autres publics. L'animation est liée au choix et à l'inventivité des équipes, au contexte de chaque établissement, aux objectifs de la commune ou du territoire... Néanmoins, il y a des usages et une riche expérience dans ce domaine dans les bibliothèques publiques en France, dont la littérature professionnelle rend compte régulièrement (bibliographie ci-dessous).

Le mémoire d'étude d'Alix Le Gall intitulé « Des biberons et des livres. Comment la bibliothèque publique encourage-t-elle l'accès des tout petits aux livres ? » évoque des fonds spécialisés (livres non-narratifs, en matière différente (carton, tissus, plastique), livres-audio?

En ce qui concerne plus directement les tout-petits, l'heure du conte ou "bébé bouquine" doit s'adapter au temps d'écoute des plus jeunes (moins d'un quart d'heure?), autour d'ouvrages à la structure narrative simple, laissant une large part à la sonorité et au visuel, avec parfois des chansons et des supports tiers (marionnettes).

C'est grâce aux actions en partenariats impulsés par des associations et des institutions comme l'Association Culturelle Contre les Exclusions et les Ségrégations (ACCES) créée en 1980 que des formations pour l'accueil des tout-petits en bibliothèques ont pu se mettre en place. Cette dernière recommande notamment :

- la lecture pour chacun, même en présence d'un groupe (importance de la relation individuelle)

- l'enfant choisit lui-même le livre dans les propositions qui lui sont faites

- les enfants sont libres de bouger, jouer, parler, faire autre chose

- un même livre peut être lu plusieurs fois

Source :

TURIN Joëlle. « Les tout-petits et le livre ». in Faire vivre une bibliothèque jeunesse : guide de l'animateur. Paris : La Joie par les Livres, 2005. ISBN 2-9513753-7-9

Bibliographie :

ALAMICHEL Dominique. La bibliothécaire jeunesse : une intervenante culturelle, 60 animations pour les enfants de 18 mois à 11 ans. Paris : Cercle de la librairie, 2006

AGENCE NATIONALE DES PRATIQUES CULTURELLES AUTOUR DE LA LITTERATURE JEUNESSE. Lire à haute voix des livres aux tout-petits. Ramonville-Sainte-Agne : éd. Érès, 2006. 158 p. ISBN 978-2-7492-0679-0

GASCUEL Jacqueline. Un espace pour le livre : guide à l'intention de tous ceux qui construisent, aménagent ou rénovent une bibliothèque. Nouv. éd. entièrement refondue. Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 1993. 420 p. (Bibliothèques) ISBN 2-7654-0501-8

HEINTZ Didier, CHABEL Josiane. L'espace des lieux d'accueil de la petite enfance : les normes en question. [s.l.] : Association NAVIR (Editeur ), 2001. ISBN : 2-9508186-1-7

PARMEGIANI Claude-Anne (dir.). Lectures, livres et bibliothèques pour enfants. Paris : Ed. du Cercle de la librairie, 1993. 207 p. ISBN 2-7654-0521-2

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.