Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

Saint-Geraud

 

 Onze siècles d’histoire primé par l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand




En 2009, à l’occasion du 11e centenaire de la mort de saint Géraud, l’Association des amis du patrimoine de la Haute-Auvergne avait publié un cahier intitulé Saint-Géraud d’Aurillac. Onze siècles d’histoire. Edouard Bouyé (directeur des archives départementales du Cantal), Véronique Breuil (conservatrice des antiquités et objets d’arts du Cantal, chargée de mission pour le patrimoine au Conseil général), Lucien Gerbeau (membre de l’association du patrimoine et de l’histoire de l’ordre de Malte) et Guilaine Pons (conservatrice déléguée des antiquités et objets d’arts du Cantal) ont mis en commun leurs compétences d’historiennes de l’art et d’historiens pour dresser un panorama complet de l’histoire et de l’architecture de Saint-Géraud.
Cet ouvrage collectif a été récompensé par le prix «Grellet de la Deyte» 2010 de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont. Fondée au XVIIIe siècle, cette académie décerne chaque année plusieurs prix. Le prix Grellet de la Deyte, d’une valeur de 500 euros, valorise des recherches historiques sur l’Auvergne ou le Velay.
Le prix a été remis aux deux auteurs présents, le 19 janvier 2011, en la salle Michel de l’Hospital de l’hôtel de ville de Clermont, par M. Philippe Auserve, président de l’académie de Clermont, en présence de M. Bernard Dantal, adjoint au maire de Clermont en charge de l’enseignement supérieur, et de Mme Vatin-Pérignon, président de l’association des amis du patrimoine de la Haute-Auvergne. Dans son rapport sur le prix, Mme Annie Regond, maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Blaise-Pascal, a souligné les qualités à la fois scientifiques et pédagogiques de l’ouvrage, qui en font un ouvrage de référence et un outil de valorisation touristique, à un prix abordable.
Fondée par Saint-Géraud à la fin du IXe siècle, l’abbaye connut six phases de construction; si elle conserve quelques traces romanes remarquables, elle est essentiellement gothique et néo-gothique. Les phases de reconstruction des XVe, XVIIe et XIXe siècles sont mises en valeur par des documents inédits (archives notariales et archives de la paroisse Saint-Géraud). Les oeuvres d’art que recèle le monument, la place de l’abbaye dans la ville d’Aurillac, le réseau des dépendances de Saint-Géraud dans tout le sud de la France et en Espagne sont également bien mis en valeur.

L’association des amis du patrimoine de la Haute-Auvergne a publié ses quatre premiers cahiers sur le château de Pesteils, les églises de Bredons et de Carlat et sur l’abbatiale Saint-Géraud. Le cahier n° 5, qui sortira au printemps 2011, sera consacré par Guilaine Pons aux peintures des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles conservées au musée Alfred Douët de Saint-Flour.

E. Bouyé, V. Breuil, L. Gerbeau, G. Pons, Saint-Géraud d’Aurillac. Onze siècles d’histoire, Aurillac, 2009, 254 pages, illustrations couleur, 20 euros. Disponible en librairie ou au siège de l’association (A.A.P.H.A. B.P. 719 15007 Aurillac cedex).

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.