Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

Index de l'article

3. Le vendredi 23 mars au matin (ateliers scolaires) :

Ce matin, j'aurais voulu emmener un tapis pour que l'on s'assoit dessus mais je n'ai pas osé, pas pu non plus puisque finalement, c'est moi qui ai amené Anatole à l'école. La prochaine fois? On s'est quand même assis par terre pour tenter de changer de cadre, casser le côté table chaise, on s'assoit "comme il faut"... le côté très scolaire que j'ai trouvé lors des premières séances en début de semaine avec les 2 premiers groupes, dans la manière d'écrire en ligne, de toujours demandé si c'est bien comme ci ou comme ça? Le peu d'initiative de leur part. Je découvre, moi qui ne me rend pas compte dans quelle mesure un enfant de 7 ans et quelque est autonome dans un tel cadre.

J'ai commencé par leur raconter pourquoi j'étais à Riom, ce que je venais y faire, la plupart se souvenaient de certaines choses, que j'allais faire un livre sur le paysage, qu'ils allaient m'aider à écrire. Je leur en dis un peu plus. L'histoire sera celle d'un enfant qui a 2 maisons, etc. L'enfant/narrateur en question se remémore les endroits où il aime se retrouver dans l'une et l'autre maison.

Je leur demande s'ils ont un endroit qu'ils affectionnent particulièrement dans leur maison? Pas tous. Certains me disent dehors, à la piscine, d'autres quand même,... dans ma chambre. C'est ce que j'avais imaginé, la chambre. Mais peut-être qu'avec le printemps qui arrive, la chambre compte moins. Et aussi, les enfants de la campagne passent de toute évidence beaucoup de temps dehors même par sale temps.

Je leur montre un imagier, on décrit ce que l'on voit. On parle matière, texture, traitement (photo, peinture, tampon, etc.) puis point de vue quand on arrive sur une image d'un grand arbre. L'image suivante est un autre arbre mais avec un point de vue très proche de la première.

On parle du cadre, du cadrage. Je leur demande de me décrire à tour de rôle ce qu'ils voient quand ils sont assis sur leur lit, dans leur armoire porte ouverte, dans l'encadrement de la porte, assis à la fenêtre, etc. ça les fait rire de s'imaginer dans un tiroir. En fin de séance, chacun se placera dans un coin de la salle où on se trouve et décrira ce qu'il voit. Premier plan, arrière plan.

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.